Prêtres missionnaires

Le prêtre missionnaire est un consacré qui a répondu à l’appel du Christ : “allez dans le monde entier et proclamez l’évangile à toutes les créatures” (Mc 16, 15)

Fondament de la vocation missionnaire

Comme le Père m’a envoyé, ainsi Je vous envoie (Jn 20, 21):

«Cette fidélité au mandat de Jésus-Christ implique, en tant que fondement, la fidélité à la vérité sur Jésus-Christ. La mission universelle de l’Église est née de la foi en Jésus-Christ. Si cette foi en Jésus-Christ est falsifiée, la mission sera altérée et ne sera plus la « mission de l’Église ». Au contraire, la bonne foi fondée sur le Verbe Incarné est la pierre du fondement sur laquelle repose tout le dynamisme de la mission».

Universalité en imitant le Christ

« Le don spirituel reçu par les prêtres lors de l’ordination ne les prépare pas à une mission limitée et restreinte, mais à la mission très large et universelle du salut « jusqu’aux extrémités de la terre », car tout ministère sacerdotal participe de la même ampleur universelle de la mission confiée par le Christ aux apôtres »  . «Le missionnaire est l’homme de charité: pour pouvoir annoncer à chaque homme qu’il est aimé de Dieu et que lui-même peut aussi aimer, il doit témoigner de la charité envers tous en donnant sa vie pour son prochain. […] Comme le Christ, il doit aimer l’Église : le Christ a aimé l’Église et s’est donné pour elle (Ep 5,25).

Sa force, la prière; ce qui le distingue, être l’homme des béatitudes

«Le missionnaire doit être un « contemplatif en action » qui trouve les réponses aux difficultés à la lumière de la Parole de Dieu à travers la prière personnelle et communautaire. Le missionnaire est l’homme des Béatitudes. Jésus instruit les Douze avant de les envoyer évangéliser, en indiquant les voies de la mission: pauvreté, douceur, acceptation des souffrances et persécutions, désir de justice et de paix, charité; c’est-à-dire qu’il indique précisément les béatitudes pratiquées dans la vie apostolique (cf. Mt 5, 1-12). En vivant les Béatitudes, le missionnaire expérimente et montre concrètement que le Royaume de Dieu est déjà venu et qu’il l’a accueilli. La caractéristique de toute vie missionnaire authentique est la joie intérieure, qui vient de la foi. Dans un monde bouleversé et opprimé par tant de problèmes, qui tend au pessimisme, l’annonceur de la «bonne nouvelle» doit être un homme qui a trouvé le véritable espoir dans le Christ ».

La prédication

Le grand pape Pie XII conseillait aux prédicateurs : « Que les prêtres donc, à qui est confié le soin de procurer aux fidèles le salut éternel, après avoir scruté par une étude diligente les pages sacrées et se les être assimilées par la prière et la méditation, aient à cœur d’expliquer les célestes richesses de la parole divine dans leurs sermons, leurs homélies, leurs exhortations ; qu’ils confirment la doctrine chrétienne par des maximes tirées des Livres Saints ; qu’ils l’illustrent par les merveilleux exemples de l’Histoire Sainte, et nommément par ceux de l’Evangile du Christ, Notre-Seigneur, évitant avec un soin attentif les accommodations subjectives, arbitraires et cherchées trop loin, qui sont non un usage, mais un abus de la parole divine ; qu’ils exposent tout cela avec tant d’éloquence, de netteté et de clarté, que les fidèles ne soient pas seulement mus et excités à y conformer exactement leur vie, mais encore conçoivent un souverain respect envers l’Ecriture sacrée ».

Le missionnaire doit parler aux pécheurs de la confiance que nous devons avoir en Jésus-Christ et de la confiance que nous devons avoir en l’intercession de la Mère de Dieu ; sur les moyens de se garder dans la grâce de Dieu, ainsi que de la fuite des occasions dangereuses du péché et des mauvaises compagnies et de la fréquence des sacrements.

Les sacrements

Les Apôtres, poussés par l’Esprit Saint, exhortaient tous les hommes au changement de vie, à se convertir et à recevoir le baptême. En effet, la conversion au Christ est liée au baptême, non seulement par la praxis de l’Église, mais aussi par la volonté du Christ lui-même, qui a envoyé faire des disciples dans toutes les nations et les baptiser (Mt 28,19); elle est également liée au baptême en raison de son exigence intrinsèque afin de recevoir en lui la plénitude de la vie nouvelle : Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu (Jn 3, 5).

Un bon missionnaire prépare les gens à une confession et communion sincère et dévote en ayant pour modèle les grands saints missionnaires, comme par exemple saint Léonard de Port Maurice qui mettait dans la bonne confession le but principal des missions. En effet, le premier jour de la mission, il plantait le crucifix à un endroit bien visible et disait : « Voici un résumé de ce que nous allons vous prêcher en ces jours saints : Jésus Crucifié ». « Je veux mourir en mission, l’épée à la main contre l’enfer ».

Le missionnaire aime tellement l’Eucharistie qu’il veut ramener toutes les âmes à cette source d’amour, parce qu’en elle se perpétue le saint sacrifice de la Croix. « L’Eucharistie doit être un de nos grands amours, car c’est le signe sans équivoque de l’amour infini de Dieu pour les hommes, d’un Dieu qui veut rester parmi les hommes, d’un Dieu qui se donne totalement aux hommes: dans l’Eucharistie, la logique de l’Incarnation atteint ses conséquences extrêmes » . Bref, le prêtre missionnaire est toujours convaincu que : « L’homme nouveau, grand et éternel est Jésus-Christ qui veut que nous assimilions sa doctrine, imitions ses exemples, nous unissions de tout cœur à sa Personne et fréquentions ses sacrements ».

La mission dans la paroisse

« Le soin des paroisses est d’une grande importance dans l’apostolat de notre Institut. La paroisse est comme une cellule de l’Église particulière ‘car elle rassemble dans l’unité tout ce qui se trouve en elle de diversités humaines et elle les insère dans l’universalité de l’Église». Dans l’apostolat paroissial, comme dans toutes les autres activités apostoliques, il faut tenir compte de son propre charisme pour enrichir l’Église universelle. En particulier, nous trouverons dans les paroisses un cadre particulier pour l’exercice de certains de nos apostolats spécifiques, tels que « la sanctification des personnes par la prédication d’exercices spirituels et la direction spirituelle », « la formation des responsables laïcs, le travail dans les réseaux sociaux », « la prédication et l’administration du sacrement de la réconciliation, la prédication des missions populaires » , « les soins des pauvres, des malades et des nécessiteux »  , etc. La paroisse est aussi un lieu privilégié pour l’insertion et l’apostolat des associations du Tiers Ordre ».

Impératif de la mission

« Nous ne pouvons pas avoir l’esprit tranquille en pensant aux millions de nos frères et sœurs, rachetés eux aussi par le sang du Christ, qui vivent dans l’ignorance de l’amour de Dieu. Pour le chrétien individuel comme pour l’Eglise entière, la cause missionnaire doit avoir la première place, car elle concerne le destin éternel des hommes et répond au dessein mystérieux et miséricordieux de Dieu ».