La dignité de la personne humaine
La dignité de la personne humaine

Ajoutez votre titre ici

  La grandeur et la dignité de l’homme consistent précisément à être l’image vivante de Dieu. Affirme le Concile Vatican II : « L’aspect le plus sublime de la dignité humaine se trouve dans cette vocation de l’homme à communier avec Dieu. Cette invitation que Dieu adresse à l’homme de dialoguer avec Lui commence avec l’existence humaine. Car, si l’homme existe, c’est que Dieu l’a créé par amour et, par amour, ne cesse de lui donner l’être ; et l’homme ne vit pleinement selon la vérité que s’il reconnaît librement cet amour et s’abandonne à son Créateur. (G. et Spes, 19). C’est pourquoi Kirkegard avait raison de dire que l’homme est un animal assoiffé de Dieu.

La perte de dignité

Le péché implique toujours un préjudice, une perte chez celui qui l’exécute: « le péché ne fait pas de mal (non nocet) sinon à celui qui le commet», écrit saint Tomás de Aquino. Cette dégradation produite par le péché, implique un préjudice à l’ordre rationnel, et favorise malheureusement la perte de la dignité humaine. En effet la liberté et la dignité humaine sont toutes les deux enracinées profondément dans la rationalité de l’homme. Pour cela on peut dire avec raison que le péché est une perte de cette fondamentale prérogative de l’homme. Le verbe utilisé par saint Thomas d’Aquino pour parler de cette chute est « recedere », qui est le même verbe utilisé pour désigner, dans le domaine militaire, l’acte de déposer les armes (recedere ab armis), c’est-à-dire vaincu. Ainsi le pécheur est toujours quelqu’un qui a perdu la bataille. Il est vaincu par le démon.

Jésus-Christ et la dignité de l’homme

Il y a un très beau texte du Concile Vatican II que le Pape Jean-Paul II aime citer:  » le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné. … Le Christ … manifeste pleinement l’homme à lui-même ». Parce que le Christ, poursuit le Concile, est « l’Homme parfait qui a restauré dans  la descendance d’Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu’en Lui la nature humaine a été assumée, non absorbée ». Le Christ est l’Homme Nouveau par excellence (Ef 2,15).

Restitution de la dignité

Par Jésus-Christ donc, l’homme retrouve sa dignité perdue. Mais, par quels moyens Jésus-Christ rétablit-il la dignité de l’homme? Par la pénitence : d’abord pénitence sacramentelle (la confession) et ensuite la pénitence ascétique (le sacrifice, le renoncement, le repentir et surtout le changement de vie). Saint Thomas disait : « Le péché fait perdre à l’homme une double dignité : celle qu’il a par rapport à Dieu, et celle qu’il a par rapport à l’Église. Par rapport à Dieu, il perd une double dignité. Tout d’abord sa dignité principale  » qui le mettait au nombre des fils de Dieu  » (Sg 5, 5) par la grâce. Et il récupère cette dignité par la pénitence, comme l’indique la parabole du fils prodigue où le père fait rendre au pénitent  » sa première robe, son anneau et ses chaussures ». Mais le pécheur perd aussi une dignité secondaire l’innocence, dont le fils aîné se glorifiait en disant  » Depuis tant d’années que je te sers, je n’ai jamais violé ton commandement. » C’est là une dignité que le pénitent ne peut recouvrer; mais il peut retrouver parfois quelque chose de meilleur, car, dit S. Grégoire : « Ceux qui réfléchissent aux égarements qui les ont éloignés de Dieu, compensent leurs pertes précédentes par les gains qui suivent leur conversion. A leur sujet, il y a une plus grande joie dans le ciel, parce que le général, dans le combat, aime le soldat qui, après sa fuite, revient charger courageusement l’ennemi, plus que celui qui, n’ayant jamais tourné le dos, n’a jamais fait non plus un acte signalé de courage. » (S.th., III, 89, 3).

Nous pouvons donc méditer les paroles de saint Léon le Grand : «Chrétien, reconnaissez votre dignité. Puisque vous participez maintenant à la nature divine, ne dégénérez pas dans la bassesse de votre vie passée. Rappelez-vous à quelle tête vous appartenez et du quel corps vous êtes membre. Souvenez-vous que vous avez été arraché de la puissance des ténèbres pour être introduit dans la lumière du Royaume de Dieu ».

Par la miséricorde de Dieu, l’homme peut toujours se lever et aspirer à une grandeur et dignité qu’il n’imaginait même pas auparavant.