Notre finalité

Evangéliser la culture pour manifester lIncarnation du Verbe2

Comme tout Institut de vie consacrée, quil soit religieux ou séculier3, nous tendons vers une finalité universelle et commune – que lon a coutume dappeler vocation’ – selon laquelle nous désirons suivre le Christ au plus près sous laction de lEsprit Saint, en nous donnant totalement à Dieu comme notre suprême amour, afin que, nous livrant totalement par un titre nouveau et particulier à sa gloire, à lédification de lEglise et au salut du monde, nous atteignions la perfection de la charité, et que par la charité à laquelle conduit la profession des conseils évangéliques de chasteté, pauvreté et obéissance, nous soyons unis de manière spéciale à lEglise et à son mystère4.

En même temps nous tendons vers la finalité propre de tout Institut de vie religieuse, qui nest autre que la consécration totale de notre personne, en manifestant ladmirable union sponsale établie par Dieu en son Eglise, signe de la vie du Ciel. De cette façon nous accomplissons le don total de nous-mêmes comme sacrifice offert à Dieu, par lequel notre existence toute entière devient un culte rendu continuellement à Dieu dans la charité.

Cela se manifeste par le fait que nous sommes une famille5, que nous faisons des vœux publics et que nous vivons la vie fraternelle en communauté; et le témoignage public que nous devons donner comporte une séparation davec le monde6. Pour vivre selon lEsprit de Dieu il est indispensable de tenir loin de soi lesprit du monde: lEsprit de vérité… e monde est incapable de le recevoir, parce quil ne le voit pas et ne le connaît pas (Jn 14, 17).

Enfin nous désirons, comme finalité spécifique et singulière, nous consacrer à lévangélisation de la culture, cest-à-dire, à travailler pour « transformer avec la force de lEvangile
– les critères de jugement
– les valeurs déterminantes
– les centres d
intérêt
– les lignes de pensées
– les sources d
inspiration
– les modèles de vie de l
humanité »;
« Pour que soient imprégnés de la force de l
Evangile
– les modes de pensée
– les critères de jugement
– les normes de l
action »8,Car nous ne pouvons pas oublier que le Concile Vatican II a relevé que : « Le divorce entre la foi et le comportement quotidien dun grand nombre est à compter parmi les plus graves erreurs de notre temps »et que cela est dû en grande partie au fait que le monde « sest distingué et détaché durant ces derniers siècles du tronc chrétien de sa civilisation »10, ce qui a conduit à la déchristianisation de la culture.Nous considérons que quelques-uns des moyens les plus importants pour poursuivre la finalité ainsi établie consistent à travailler sur les points nodaux de la culture, à savoir : les familles, léducation – spécialement dans lenseignement supérieur et universitaire ainsi quau sein des seminaires , les moyens de communication sociale, le monde de la pensée et des «intellectuels», avec un accent mis sur le commencement, lappel, la croissance, le discernement, la formation, la consolidation, laccompagnement et ensuite lexercice de la vocation à lapostolat intellectuel.

Pour cela, nous engageons toutes nos forces pour ne pas nous soustraire à laventure missionnaire, pour prolonger lIncarnation du Verbe «en tout homme, dans tout lhomme et dans toutes les manifestations de lhomme», en assumant tout ce qui est authentiquement humain, afin dêtre comme une autre humanité du Christ, pour réaliser avec plus de perfection le service de Dieu et des hommes.

7EN 19.
8Jean-Paul II, Constitution Apostolique, Sapientia Christiana, sur les Universités et facultés Ecclésiastiques (15/04/1979), 1 ; OR (03/06/1979), p.7.
9GS 43.
10ES 14.

2Cf. Constitutions, n° 23-26, 29, 254.
3Cf. CEC, Normes communes à tous les Instituts de vie consacrée, cc. 573-606. 4Cf. CEC, c. 573.
5Cf. CEC, Des Instituts religieux, cc. 607-709.
6Cf. CEC, c. 607.

000 aninciation