Oeuvre de miséricorde

L’Institut du Verbe Incarné, qui se veut être une autre prolongation de l’Incarnation du Verbe, « pour l’incarner dans tout ce qui est authentiquement humain » (Constitutions, 36), souhaite humblement à travers des œuvres de miséricorde :

  1. Continuer à révéler aux hommes l’amour miséricordieux de Dieu pour le genre humain, et continuer à l’incarner à travers toutes sortes d’œuvres charitables et soulager ainsi bon nombre de maux qui affligent l’homme d’aujourd’hui. Pour que, par le témoignage de la charité, de nombreux frères puissent connaître Dieu « afin qu’ils puissent voir vos bonnes œuvres et glorifier votre Père qui est dans les cieux » (Mt 5, 16).
  2. Aimer Dieu en le manifestant concrètement aux frères, car c’est le seul moyen possible d’aimer Dieu, comme nous l’a enseigné Jésus- Christ. L’apôtre affirme : « Celui qui dit qu’il aime Dieu et n’aime pas ses frères est un menteur » (cf. 1 Jn 4,20).

Ainsi, nous voulons suivre les traces du Verbe Incarné qui, venant nous racheter du péché, a même eu pitié des blessures qu’il a causées en nous, sachant qu’il a traversé ce monde en guérissant les hommes de leurs misères physiques et spirituelles, ce qui a donné la preuve fiable de sa miséricorde et de son amour pour le Père.

En résumant ce que notre esprit devrait être dans la pratique des œuvres de miséricorde appelées « corporelles », nous nous rappelons l’exhortation de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta : « Nous ne sommes pas ici pour le travail. Nous sommes là pour Jésus. Nous sommes avant tout des religieux. Nous ne sommes pas des assistants sociaux, enseignants, infirmières, médecins : nous servons Jésus dans les pauvres et tout ce que nous faisons c’est pour lui… »

Certaines des œuvres de miséricorde de notre famille religieuse sont :

  • des foyers pour enfants et adoslescents
  • des maisons pour personnes handicapées.
  • l’apostolat dans les prisons